DECLARATION DE LA PRESIDENTE DE L’AUTORITE NATIONALE DES ELECTIONS A.N.E.

************************

A L’OCCASION DU LANCEMENT OFFICIEL DE LA CAMPAGNE ELECTORALE POUR LE PREMIER TOUR DES ELECTIONS LEGISLATIVES ET L’ELECTION PRESIDENTIELLE

DU 14 FEVRIER 2016

Bangui, le 05 février 2016

 

Centrafricaines, Centrafricains, chers compatriotes,

 

Conformément au calendrier électoral établi par l’Autorité Nationale des Elections, qui fixe au dimanche 14 février la date d’organisation du deuxième tour de l’élection du Président de la République centrafricaine, ainsi que du premier tour des élections législatives et en vertu des Décrets N° 160050 et N° 160051 du 28 janvier 2016 Portant convocation des collèges électoraux, la campagne électorale pour le premier tour des élections législatives a commencé le 30 janvier 2016 à 06 heures du matin et celle du second tour de l’élection du Président de la République sera ouverte demain 06 février 2016 à 06 heures du matin.

 

En application des dispositions de l’Article 60 du Code Electoral, les deux campagnes prendront fin le vendredi 12 février 2016 à minuit et toute propagande électorale est interdite en dehors des périodes ainsi fixées.

 

Nul n’est censé ignorer que par les Décisions N° 003 et 004 rendues par la Cour Constitutionnelle de Transition en son audience du 25 janvier 2015, les élections législatives du 30 décembre 2015 ont été annulées dans leur ensemble et deux candidats ont été déclarés habilités à se présenter au second tour de la Présidentielle.

Les conditions de ces élections de sortie de crise demeurent sensibles.

 

En effet, le climat sécuritaire est certes légèrement amélioré, mais d’autres contraintes persistent et l’Autorité Nationale des Elections se doit de relever tous les défis et corriger tous les manquements qui ont entaché les scrutins du 30 décembre 2015.  

L’Autorité Nationale des Elections voudrait ici rassurer les candidats aux deux scrutins et les électeurs, que des dispositions sont prises pour corriger les imperfections du passé.

 

Il s’agit, entre autres, des actions suivantes :

  • Le passage en revue des 140 bulletins correspondant aux 140 circonscriptions et la correction des erreurs d’affectation de candidat, de logo, de suppléant et de photo.
  • Le mauvais remplissage des procès verbaux a été corrigé par : i) le remplacement de certains membres des bureaux de vote, principalement dans les circonscriptions où ces problèmes ont été relevés ; ii) le délai plus conséquent accordé à la formation qui vise directement les membres mêmes des bureaux de vote, avec un contenu axé sur la pratique du remplissage des formulaires électoraux, et des missions de supervision de la cascade de formation par les Commissaires et Chefs de Divisions du niveau central de l’A.N.E.
  • Pour éviter la perdition des procès verbaux, des outils de traçabilité ont été développés, ainsi qu’un plan clair de remontée des résultats. La quantité des procès verbaux avec leurs destinataires a été clairement définie et les acteurs ont été informés lors des séances de formation.

La liste des actions n’est pas exhaustive et l’A.N.E. a été et reste ouverte à toute proposition tendant à l’amélioration de l’organisation des votes le 14 février 2016.

C’est ici l’occasion de saluer les candidats aux consultations électorales du 30 décembre dernier, qui avaient tous privilégié les voies légales pour statuer sur le contentieux. L’intérêt du pays demande qu’il en soit de même pour les prochains scrutins.

 

Mesdames et Messieurs les Candidats,

 

Le moment est venu une fois de plus pour les deux candidats retenus pour l’élection du 2ème tour du Président de la République et pour ceux candidats à la députation, d’aller vers leurs compatriotes pour un moment essentiel de communion et d’échanges.

Selon la Loi électorale, chaque candidat en course bat campagne librement. Mais, il ne doit jamais oublier la souffrance qu’a traversée le peuple centrafricain et ne doit jamais perdre de vue les énormes sacrifices consentis par tout un chacun pour en arriver là aujourd’hui.

 

L’Autorité Nationale des Elections exhorte donc les candidats à la retenue dans leurs propos et divers actes, afin de préserver la cohésion sociale naissante et chèrement acquise.

 

Chers compatriotes,

 

Les candidats qui viendront vers vous, doivent le faire avec humilité et reconnaitre que la démocratie est loin des armes et des violences politiques.

 

Les scrutins du 14 février 2016 constituent l’une des solutions de sortie de crise de la République centrafricaine, notre beau Pays. A ce titre, nous devons tout mettre en œuvre pour consolider la paix et les valeurs de « vivre ensemble ».

L’Autorité Nationale des Elections en appelle à votre esprit de civisme, de discipline et de non violence, pour que la campagne se déroule dans un climat apaisé.

 

Ensemble, candidats, électeurs et médias, devons tout faire pour  sauvegarder l’équilibre et la paix naissante, contribuer à la consolidation de l’unité nationale et à la cohésion sociale.

 

Notre pays regorge d’hommes et de femmes capables dans l’union et la solidarité de faire face aux défis contemporains. Ce qui m’oblige à croire et à partager la conviction de Victor Hugo selon laquelle, « la grande chose de la démocratie, c’est la solidarité ». Je suis convaincue qu’en dépit des divergences politiques, les différents acteurs sauront résister aux démons de la division, dans le souci de la préservation de la paix sociale.

 

Avant de terminer, je voudrais, une fois de plus, remercier Madame le Chef de l’Etat et le Gouvernement de la Transition pour les appuis financiers au processus électoral.

 

L’Autorité Nationale des Elections, par ma voix,adresse  toute sa gratitude à la Communauté Internationale pour tout le soutien financier, technique et matériel ayant permis l’aboutissement de ce processus.

Au nom de mes collègues, je voudrais rassurer tous les candidats et tous les électeurs, sur la neutralité de l’Autorité Nationale des Elections. Nous demeurons engagés dans l’impartialité et veillerons à garantir la transparence et la justice dans le traitement de cette phase délicate du processus électoral.

 

Bonne et fructueuse campagne électorale à toutes et à tous !

 

Je vous remercie.